lundi 11 août 2008

Interview#2: Angil


Vous pensiez bien que je n'allais pas lâcher l'affaire si facilement. Je ne vous avais parlé que très brièvement de l'excellentissime Angil. Or, pour les chanceux inscrits sur sa Hiddenlist, il sort ces jours-ci Angil Was a Cat, nouveau projet né de sa rencontre avec le groupe King Kong Was a Cat. C'était l'occasion rêvée pour lui poser quelques questions et remettre sur pied mon petit lobby...

Solo Tape:
Ta musique donne l'impression d'être très réfléchie sans être trop cérébrale pour autant. Est-ce que la part de réflexion est importante quand tu composes ou y a-t-il de la place pour l'instinctif ?

Angil: La réflexion est le terreau, oui... La graine c'est une idée mélodique, ou la première phrase du texte. Une fois ces éléments concrets plantés, il se passe une période abstraite, ou je construis le reste du morceau en l'imaginant. Ensuite je soumets la jeune pousse aux Hiddentracks, qui terminent la composition...
Nous répétons un peu avant chaque concert, mais j'aime bien laisser passer du temps et des discussions entre deux sessions de travail : c'est aussi important que le jeu physique. L'instinct compte pendant le jeu mais seulement si l'imagination a bien fait son travail en amont...

Solo Tape: Depuis l'album "The John Venture" enregistré avec B R OA DWAY, il y a aussi maintenant un concept, une idée générale qui se dégage de tes albums a priori...

Angil: En fait j'ai toujours eu recours à la contrainte comme matière première : j'avais voulu enregistrer une démo par saison (je n'avais fait que l'été, d'ailleurs !) ; sur une autre je n'ai composé que des valses, etc. Même quand la restriction n'est pas respectée jusqu'au bout, je me fixe des limites pour l'inspiration, parce que c'est plus simple de se lancer quand on sait précisément de quoi on dispose. Beaucoup d'albums que j'aime ont une idée directrice forte : 41 de Swell, In a Silent Way de Miles Davis... Ce ne sont pas nécessairement des albums-concept, dont certains peuvent tomber dans une forme de théâtralité qui ne vieillit pas forcément bien, mais ce sont des disques avec une unité, un liant. Même une idée toute simple, quelques notes d'intention griffonnés sur une feuille peuvent suffire. A priori, la direction du prochain Angil devrait être une série de duos avec des voix féminines...

Solo Tape: Tu cites souvent Swell, Pavement ou Kim Deal en interview. Avec "Oulipo Saliva" ou tes autres projets parallèles, on a pourtant le sentiment qu'au fil du temps, tu t'éloignes de ces références pour te rapprocher du hip hop et du jazz.

Angil: Ce sont mes racines... Ce qui est marrant, c'est qu'au fil du temps je me rends compte que Swell, c'est du jazz (le jeu de Sean Kirpatrick, l'approche du son). Pavement, c'est du rap (les gimmicks vocaux de Malkmus). Et le génie de Kim Deal, c'est d'être à la fois les Beatles (pour l'écriture) et John Cage (pour l'amour du hasard). Ce qui rapproche beaucoup de choses parmi ce que j'aime, c'est le goût du danger et la déconstruction des codes pop.

Solo Tape:
Peux-tu nous dire quelques mots du fabuleux morceau "The Shame of Jazz to Cope" enregistré pour le projet Angil Was a Cat?

Angil: Merci ! J'ai écrit le texte selon le rythme du morceau de base de King Kong was a Cat. Ce qui s'imposait sur celui-ci, c'était le contretemps. La première phrase qui m'est venue est "White man was given around seven ultimata under oaths", à prononcer en monosyllabes (et en contretemps, donc). Une allusion aux péchés capitaux. Le reste du texte en a découlé logiquement : la culpabilité blanche, le manque de reconnaissance de certains jazzmen noirs de leur vivant. Et l'envie de 'name-dropper' dans un texte le vrai nom de Sun Ra, qui sonne vachement bien : Hermann Sonny Blount.

Solo Tape: Et cette contre pétrie en forme d'hommage pour Ornette Coleman! Tu dois avoir une solide connaissance de la langue anglaise pour arriver à faire une chose pareille!

Angil: C'est une réflexion quotidienne, la langue anglaise ! Je suis traducteur et j'enseigne la traductologie et la terminologie, alors je suis sans cesse dans un processus de recherche et de découvertes de ce genre... Je cours après les nouveaux mots, la précision de la prononciation... Quand je fais une trouvaille dans le genre de celle-ci, c'est bien sûr un petit plaisir, même si je sens que je n'en sais jamais assez.

Solo Tape: Tu enregistres en ce moment "Jerri" avec le groupe Deschannel. Dans "What Extra Mile?" (The John Venture), tu parles déjà de ce personnage.

Angil: Oui, le nom est une allusion à ce morceau (et ça peut évoquer Gus van Sant, ce qui ne gâche rien !). Jerri est une sorte de suite du John Venture, notamment dans les paroles, bien que le fait de trouver un nouveau nom nous ait 'émancipés', ait décomplexé le fait que nous soyons un groupe à part entière.
On est effectivement en plein enregistrement cette semaine, et nous sommes très enthousiastes. Il nous tarde déjà de jouer nos morceaux en concert...

Solo Tape: "Oulipo Saliva" devrait bientôt être distribué par Chemikal Underground (Arab Strap, Radar Bros, Mogwai, ...). Est-ce qu'on peut enfin s'attendre à te voir venir jouer en Belgique?

Angil: Oui ! Normalement, fin septembre... Je te tiendrai au courant, promis !

Pour terminer, une petite playlist qui regroupe quelques-unes de ses perles:



Discover Angil!

3 commentaires:

nis a dit…

j'ai vu qu'Angil sera bientot en concert au Recyclart (avec également Françoiz Breut). Et ce sera gratuit!
J'y serais !

SOLO TAPE a dit…

Oui, c'est prévu pour le 26 septembre à 20h et c'est effectivement gratuit!
Moi aussi j'y serai bien sûr...

Angil a dit…

Salut ! Nous jouons effectivement ce vendredi au Recyclart à Bruxelles, et nous en profitons pour inviter Half Asleep et Françoise Breut sur 2 morceaux chacune...

Mickaël